Auteur-compositeur-interprèteJackson Dean a sorti son premier album, Greenbroke , en mars. L'offre de 10 chansons, qui a été produite par le créateur de musique nominé aux Grammy Awards Luke Dick, comprend le premier single, Don't Come Lookin '. Fans de télé Yellowstone reconnaîtra la mélodie, qui a été présentée dans la saison 4, épisode 7, en décembre 2021.

Jackson prend la route durement ce printemps et cet été pour soutenir le nouvel album. Le natif du Maryland a plus de 40 dates de tournée au programme , y compris les arrêts à CMA Fest de Nashville (12 juin) , le Michigan International Speedway (22 juillet), Dierks Bentley’s Festival des sept pics (3 septembre) , et plus.

Outsider a rattrapé Jackson Dean pour lui demander 5 Questions sur ses racines laborieuses dans le Maryland, son éducation musicale, sa collaboration avec le producteur Luke Dick, son nouvel album et plus encore.



1. C'est un sacré baryton que tu as pour un jeune de 21 ans. D'où viennent ces voix ?

Jackson Doyen : Je ne sais pas, mec. J'ai grandi assez vite, je suppose. Quand je débutais, j'ai commencé ce truc quand j'avais probablement 13, 14 ans, et mes cordes vocales s'étaient déjà en quelque sorte rapprochées de là où elles sont maintenant. Mais oui, j'ai grandi assez vite et j'ai eu la maturité vocale dont vous parlez. J'ai été élevé un peu différemment des gens avec qui j'ai grandi. J'ai travaillé pour mon père, essentiellement depuis ma naissance. Moi et mes frères l'avons tous fait. Et j'ai juste grandi un peu plus vite, je suppose - les voix ont juste suivi.

https://www.youtube.com/watch?v=xH2hFHiteRQ Impossible de charger la vidéo, car JavaScript est désactivé : Jackson Dean - Ne viens pas chercher (https://www.youtube.com/watch?v=xH2hFHiteRQ)

2. Quel type de travail ?

Jackson Doyen : Mon père est maçon. Donc un vrai travail. Et nous pourrions vous construire tout ce que vous vouliez. Nous étions dans un bâtiment commercial depuis longtemps. Il avait quelque part entre 150 et 200 hommes qui travaillaient pour lui à la fois, puis c'est allé à moi, à mes deux frères et à lui. Donc, pour les sept, huit dernières années ou plus. C'est donc ce que nous avons fait, du travail manuel.

3. Quelle a été votre éducation musicale, car j'entends beaucoup de blues dans le nouvel album ?

Jackson Doyen : Eh bien, j'ai grandi avec tout, de Hank Jr. à David Allan Coe en passant par Springsteen, Led Zeppelin et AC/DC. Et tout un tas de blues. J'adore le Taj Mahal. J'adore John Lee Hooker et Howlin' Wolf. Toute cette bonne merde. Ma famille aime la musique. C'est une de nos passions d'être comme, Oh mec, cette chanson claque. J'ai besoin que tu vérifies ça. Toute ma famille aime la musique, mec. C'est un peu de là que vient mon son.

4. Comme c'était cool Yellowstone bosse alors que vous vous prépariez à sortir le nouvel album ?

Jackson Doyen : J'étais comme, tu te moques de moi? C'était bon. C'était vraiment bien. C'est l'un des seaux de la liste. Oui mon gars. je suis un grandKévin Costnerfan, et je suis un grandRyan Binghamventilateur. Je veux dire, tout ce qui contient Costner est de l'or. j'ai grandi sur Dance avec les loups et Le facteur , tous ses grands films, donc j'adore Yellowstone . Bien sûr, j'aime Rip. Il n'est qu'un mauvais enfoiré juste là.

5. Guitares tranchantes, tambours battants. Pour emprunter votre mot, cet album claque. Quelle a été l'influence du producteur Luke Dick ?

Jackson Doyen : Oh mon Dieu, ouais. C'est mon sensei. Donc, Don't Come Lookin' a été la première chanson que nous ayons écrite ensemble où c'était comme, Oh ouais, c'est une évidence. Et ce n'était que quelques mois après le début de mon contrat d'édition. J'ai signé ce contrat de pub quand j'avais 18 ans, je crois. Et oui, Luke est mon sensei depuis. Je l'aime à mort, mec.

https://www.youtube.com/watch?v=_gL4VUH2yxg Impossible de charger la vidéo, car JavaScript est désactivé : Jackson Dean – Trailer Park (vidéo lyrique) (https://www.youtube.com/watch?v=_gL4VUH2yxg)

Choix De L'Éditeur