Johnny Cash procédait à sa deuxième arrestation de l'année ce jour-là, il y a 55 ans. La superstar country a plaidé coupable de possession de drogue dans une salle d'audience d'El Paso.

Cash a donc été forcé d'admettre qu'il s'était vraiment aventuré à Juarez, une ville frontalière mexicaine, le 4 octobre, pour acheter un nombre important de pilules. Il en a caché 1 000 dans son étui à guitare. Les douaniers américains ont découvert 668 comprimés de Dexedrine (un stimulant) et 475 comprimés d'Equanil (pour l'anxiété) lorsque Cash était à l'aéroport d'El Paso.

Plus tôt dans l'année, il avait été arrêté à Starkville, dans le Mississippi, pour ivresse publique. Au cours de sa vie, la police a arrêté Cash sept fois, bien qu'il n'ait jamais passé beaucoup de temps en prison.



Un juge n'a entendu l'affaire El Paso qu'en mars 1966. Cash a comparu devant un tribunal fédéral avec son avocat, son avocat et son ministre. La star de la country sortait tout juste d'un concert de trois semaines dans le Michigan et l'Ohio.

Johnny Cash a dit au juge que sa conduite était mauvaise, très mauvaise

Johnny Cash a déclaré au juge de district américain D.W. Suttle : Je me rends compte de mon erreur. C'était mauvais, très mauvais, inconduite de ma part.

Cash a dit au juge qu'il s'était rendu à Juarez, une ville située de l'autre côté de la frontière mexicaine depuis El Paso, pour se détendre. Il a dit qu'il était épuisé d'avoir joué une série d'arrêts de concert d'une nuit.

J'ai bu plusieurs bières, a dit Cash au juge. Je suppose que j'étais tellement fatigué que j'ai perdu mes facultés. … j'ai vu l'agent des douanes jalonné au coin de la rue, mais je n'avais pas l'air de m'en soucier.

Johnny Cash a également dit au juge : La seule façon pour moi de prendre une autre pilule est que quelqu'un me la force dans la gorge quand je suis inconscient.

Le juge a condamné Cash à une amende de 1 000 $ et à une peine de 30 jours avec sursis. Le juge a déclaré qu'il avait suspendu la peine parce que les médicaments étaient sur ordonnance. Étoiles de paysGène Autryet Tex Ritter a écrit des lettres au juge pour se porter garant de la bonne moralité de Cash.

Le KKK a appelé au boycott après avoir vu la photo de la femme de Cash

Les problèmes juridiques de Cash à El Paso ont également incité le Ku Klux Klan à appeler au boycott contre lui. Un photographe de l'Associated Press a pris une photo de Cash, sa femme et son avocat descendant les marches du palais de justice d'El Paso. Le KKK a décidé que la femme de Cash, Vivian, était noire. Cash a traité de la question du racisme tout au long de 1966. Il a même reçu des menaces de mort.

C'est bien de savoir qui vous déteste, et c'est bien d'être détesté par les bonnes personnes, Cash a dit des années plus tard. Le Klan est méprisable, sale, sale et méchant.

Le problème avec Johnny Cash a été amplifié en janvier 1966 par un article dans Coup de tonnerre. Le National States Rights Party, une organisation d'extrême droite basée dans le Tennessee, a publié le journal. J.B. Stoner, un sorcier impérial du KKK, présidait le parti.

Johnny et moi avons reçu des menaces de mort, et une situation déjà honteuse s'est infiniment aggravée, Viviane Cash écrit dans ses mémoires de 2008 .

Vivian Cash était de San Antonio. Elle a rencontré Johnny Cash sur une patinoire roulante alors qu'il était en poste à San Antonio avec l'armée de l'air. Elle était d'origine italienne. Vivian et Johnny Cash étaient parents de quatre filles, dont la chanteuse country Roseanne Cash. Vivian a demandé le divorce de Johnny Cash à l'été 1966.

Johnny Cash aimait cultiver son image de hors-la-loi, même si ses crimes étaient des délits et liés à l'addiction. Il a enregistré deux albums live avec des prisons en toile de fond. Les albums, Johnny Cash à la prison de Folsom en 1968 et Johnny Cash à San Quentin en 1969, les deux ont atteint le n ° 1 des charts country. Ils ont également traversé et dépassé les palmarès des albums pop Billboard.

En 1969, les albums de Cash se sont vendus à plus de 6,5 millions d'albums, un total qui a même surpassé les Beatles.

Choix De L'Éditeur